Communication

LA COMMUNICATION

 Quelques précisions sur le concept de « communication ».

La « communication » est un mot polysémique, c’est-à-dire un mot qui peut véhiculer plusieurs significations. Les théoriciens de  l’organisation ont souvent mentionné que la communication est omniprésente dans une organisation où elle est liée à toutes les fonctions.

La communication est le processus d'échange d'informations. Ce terme provient du latin « communicare » qui signifie « mettre en commun et être en relation avec» comme le mentionne (Willet). La communication peut donc être considérée comme un processus pour la mise en commun d'informations et de connaissances. En réalité, sur le fond, la communication cherche bien à répondre à l'un des objectifs suivants :

Un processus de communication peut être décrit comme étant le processus de transmission d'un message d'un émetteur à un ou plusieurs récepteurs à travers un média subissant des interférences sous condition de message de rétroaction ou feedback.

La communication a pour objectif de faire passer un message.

l'émetteur et le récepteur doivent disposer d'un code commun. La communication se caractérise alors surtout par l'utilisation d'un code établissant les correspondances entre un signe et son sens qui doit être commun aux interlocuteurs. L'absence de code commun entre émetteur et récepteur est l'une des sources d'échecs de la communication,

LES ENJEUX DE LA COMMUNICATION

 

Alex Mucchielli distingue 5 types d'enjeux qui agissent fortement sur les processus de communication :

Les enjeux informatifs

La communication est un acte d’information : dans toute communication, il y a nécessairement transmission d’information. Mais elle est plus qu’un simple échange d’informations.

 

LES ENJEUX DE POSITIONNEMENT D’IDENTITE

La communication est un acte de positionnement personnel : si on s’en tient au modèle où un sujet émet et l’autre reçoit, on peut à un moment donné être émetteur et à un autre récepteur ; on donne ainsi une idée d’égalité des deux intervenants sans tenir compte des relations de pouvoir : chaque acteur, dans une situation de communication, interprète un rôle qu’il cherche à faire reconnaître. Communiquer, c’est donc en partie, se positionner par rapport à autrui, en proposant des éléments de son identité.

 

LES ENJEUX D’INFLUENCE

La communication est un  acte de mobilisation d’autrui : Dans l’acte de communication, il y a une tentative «d’influence» de l’autre. L’influence est une ressource humaine, liée à la nature de certaines personnes qui ont un pouvoir de conviction tel qu’elles le font passer à travers leurs communications. Communiquer, c’est s’efforcer de mobiliser autrui par divers processus d’influence.

 

LES ENJEUX RELATIONNELS

La communication est un acte de concrétisation de la relation humaine : la communication, c’est le mécanisme par lequel les relations humaines existent et se développent. Elle inclut les attitudes, les gestes, les mimiques, le ton de la voix, les mots et tous les moyens, depuis les écrits, le téléphone, jusqu’au réseau Internet. Dans ce dernier cas, l’internaute se comporte comme un voyageur, il navigue sur le Web où il rencontre une multitude de partenaires ; il recherche à travers tous ces contacts une ou plusieurs influences qui lui plaisent. Communiquer, c’est, en partie, établir et spécifier la relation avec notre semblable.

 

LES ENJEUX NORMATIFS

La communication est un acte d’élaboration de normes relationnelles : on ne peut pas communiquer sans être dans un système de règles. Mais s’il y a référence à des règles de l’échange (les rituels de salutation ou de séparation) il y a aussi construction et élaboration en commun de règles ; c’est ce que l’on constate dans les situations limites que sont les groupes de thérapie. Communiquer c’est, en partie, contribuer à la mise au point de règles de l’échange collectif. 

 

LES PRINCIPAUX TYPES DE COMMUNICATION

 

  • La communication interpersonnelle : un échange entre un émetteur et un récepteur.
  • Communication de masse : un émetteur transmet des informations à plusieurs récepteurs.
  • Communication de groupe : transmission d’information a l’encontre d’une certaine catégorie de personnes

 

Pour communiquer, il est indispensable de :

·      Être sensible à l’interlocuteur, ce qui signifie être à l’écoute (repérer les signes verbaux et non verbaux), s’écouter (auto-contrôle), s’adapter (changer pour s’adapter aux besoins et attentes de l’interlocuteur).

·         S’affirmer, ce qui signifie que nous devons savoir ce que nous voulons dire, et surtout, ne pas dépasser certaines limites (on peut exprimer calmement ses sentiments).

·         Articuler, c’est-à-dire maîtriser sa voix (débit, ton, diction, éviter les mots parasites).

 

·     Ecouter, pour que la communication soit efficace, il est indispensable de pratiquer une écoute active ; il faut prendre le temps d'écouter, ce qui suppose une concentration axée sur les paroles de l'interlocuteur, et surtout ne pas se laisser distraire par quoi que ce soit. De plus, il ne faut pas couper la parole de l'interlocuteur et marquer son intérêt par un visage compréhensif au lieu de briser le rythme par des interventions inutiles et l'incommoder par des manifestations non verbales. Toute relation de communication interpersonnelle implique l’interaction presque constante entre les partenaires.

 

·         Il ne faut pas confondre «entendre» et «écouter» : souvent, nous entendons des paroles sans analyser le message communiqué. Afin d’écouter, il est nécessaire de s’éloigner de nos préoccupations et également des idées préconçues. Si nous sommes tentés de juger, il faut attendre la fin du message avant de l’exposer.

 

·         Écouter n’est pas un exercice facile, on peut même dire qu’il est fatigant, car il faut se concentrer, c’est-à-dire mobiliser de l’énergie pour assimiler le message de notre interlocuteur. Si notre pensée s’égare, il faut la «remettre sur le bon chemin».

 

Lors de l’écoute du message, il faut :

1.      Identifier la structure du message.
2.      Repérer les points clés.
3.      Distinguer les faits et les opinions.
4.      Être attentif au contenu émotionnel.
5.      Prendre note mentalement des points à clarifier

6.      Associer les mots utilisés à des choses familières.
7.      Résumer intérieurement le message.

 

Warda Boucharbat 2007

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site